Voilà la décision est prise. Ce blog va fermer.

Ce n'est pas sans douleur car tout le monde connait mon attachement aux choses qui rythment mon engagement et mon parcours politique. Ce 1000eme message sera le dernier du blog  patrickallemand.canalblog.com.

1000 messages. Que de chemin parcouru depuis, en trois ans. Des victoires, des défaites, un combat sans cesse renouvelé pour faire progresser nos idées, pour apporter un autre éclairage sur une information que par le biais de la presse traditionnelle. Des messages dans une indifférence totale, d'autres déclenchant des réactions passionnées. patrickallemand.canalblog.com, cela a été 1000 messages, 4351 commentaires, 259675 visisteurs et 593591 pages lues, soit 2,29 par visiteurs en moyenne.

Le blog cela a été pour moi le moyen de faire passer des informations ignorées délibérement, de rectifier certaines informations tronquées. Je pense qu'il a été utile à l'enrichissement du débat politique. Comme vous le savez, s'il arrive que des jours sautent, c'est tout simplement parce que j'en suis le rédacteur. Il y a des moments où je suis trop pris, où je sature, où je n'ai pas le recul suffisant pour écrire quelque chose d'interessant, alors je préfère m'abstenir.

Le blog n'est aussi qu'on contre-pouvoir très relatif. Très épié dans la blogosphère qui s'agite à la moindre chose, il ne pénêtre pas le grand public. Il ne faut donc pas s'illusionner sur son impact, il ne remplace pas un vrai travail miltant de terrian et de communication.

Le blog est aussi pour certains un défouloir. Je me suis toujours refusé à entrer dans la polémique. Et je me suis tenu très au-dessus des injures que j'ai subi de la part de "quelques miteux" dont c'est devenu la raison de vivre, les pauvres. Entrer dans la polémique serait m'abaisser et dégrader les fonctions et responsabilités politiques que j'exerce. j'ai autre chose à faire. Ce n'est pas dans mon rôle de rassembleur, d'impulseur.

Moi, je n'ai qu'un adversaire, c'est la droite made in Alpes-Maritimes, c'est la toute puissance de l'UMP. C'est à eux que j'adresse mes critiques. A gauche j'ai des partenaires que je respecte dans leur diversité. La gauche, c'est une grande famille. Comme dans toute les familles, il y en a de plus turbulents que d'autres, de plus radicaux que d'autres, mais tout cela peut amener une dynamique constructive dès lors que l'on s'enrichit de nos différences et qu'elles ne constituent pas un frein à l'action contre la droite. C'est ce principe qui guide ma relation aux partenaires. Quand à ceux qui passe leur temps à me faire des crocs en jambes, je les méprise. Je suis là et bien là et pour longtemps encore parce que j'ai une chance extraordinaire, c'est d'être encore "quadra" et absolument pas usé !

J'éprouve toujours autant de plaisir à présider une réunion fédérale comme hier soir pour organiser la participation du PS à la votation citoyenne, qu'à conduire une délégation à l'étranger pour représenter la région, mener une joute oratoire contre Estrosi dans l'arène du Conseil Municipal, faire une sortie d'école comme hier après midi au contact de la population, ou présider une réunion de chefs d'entreprise à l'hôtel de région à Marseille. Le jour où la passion s'étiole, où le plaisir disparait, c'est l'efficacité de l'engagement qui trinque.

La rénovation, la modernité du parti ne me fait pas peur parce que depuis mon engagement militant, j'ai toujours été de ce côté là. De Michel Rocard à Ségolène Royal j'ai toujours été du coté de ceux qui avait une autre vision du parti, plus ouvert, plus ancré dans la société.

Dans notre fédération, cettre révolution de velours a déja été conduite sans que certains ne le voient venir. Il n'y à qu'à voir la composition du conseil fédéral. Plus de la moitié des conseillers fédéraux et des secrétaires de sections siègeant au conseil fédéral n'ont jamais exercé la moindre responsabilité. Toute une génération de trentenaires arrive aux reponsabilités et m'entourent. C'est ainsi que j'ai favorisé l'accès aux responsabilités de Xavier Garcia, notre porte parole, un vrai numéro deux, comme a pu l'être un temps Vincent Peillon pour François Hollande (en espérant que ça se termine mieux) ou comme peut l'être dans d'autres sphères Eric Ciotti pour Estrosi. Il en est de même pour Fouzia Ayoub, secrétaire de la plus importante section de la fédération, ou pour Khaled Ben Abderramane, chargé du comité d'agglomération, une responsabilité politque très importante. Sans oublier le talent d'Anne Julie Clary, ou de Yann Librati, pour lesquels j'ai une grande affection mais qui  sont désormais des "vieux jeunes militants", 11 ans déja pour Anne Julie, 16 ans pour Yann, qui est dans l'ordre derrière Michele Matringe, moi même, Paul Cuturello,  Christine Mirauchaux, et Sylvie Gautier, désormais parmi les plus anciens membres du Conseil Fédéral. Comme le temps passe vite!

1000 messages, c'est tout cela que mon blog a retracé. Mais pour écrire de nouvelles pages du combat de la gauche ensemble, ma jeune garde m'a convaincu d'évoluer, d'aller vers un outil plus convivial, plus complet, en bref plus moderne !

C'est donc désormais sur "patrickallemand.fr" (il n'y a pas plus simple) que vous me retrouverez à compter de ce jour.

le blog est mort, vive le blog!