header_logo

Ce matin j'avais donné rendez-vous à la presse pour une visite des locaux de la Banque Alimentaire des Alpes-Maritimes. En effet, la banque alimentaire effectue un travail considérable mais bien trop méconnu du grand public. A l'inverse des Restos du coeur, dont l'action est très médiatisée.

La banque alimentaire des AM, c'est 25 ans d'existence, 1 770 000 repas distribués en 2008, et plus de 23000 bénéficiaires dans le département. En fait la banque alimentaire organise des collectes de denrées alimentaires, notamment auprès des grandes surfaces. Elle bénéficie également des surplus de nourriture de l'union européenne. Ensuite la banque alimentaire redistribue les denrées collectées auprès d'une centaine d'associations du département qui se chargeront de distribuer cette nourriture aux plus démunis.

Avec son nouveau Président, M. QUINTANA, c'est désormais une structure moderne avec une armée de bénévoles aux compétences impressionnantes.

En 2009, la banque devrait distribuer 500 000 repas de plus qu'en 2008. Près de 15% d'augmentation! Cela fait donc plus de 6000 repas par jour. Inutile de dire que cette association est en première ligne pour faire face aux ravages de la crise économique. Le Président m'a d'ailleurs confirmé l'émergence de cette nouvelle catégorie qu'on appelle les salariés pauvres. Ils existaient aux Etats Unis et en Angleterre depuis de nombreuses années (les fameux working poor obligés de cumuler 2 voir 3 petits boulots pour arriver difficilement à joindre les 2 bouts). En France il s'agit le plus souvent d'intérimaires ou de travailleurs à temps partiels qui travaillent mais n'arrivent pas à payer toutes leurs charges. Pour se nourrir ils sont donc obligés de s'inscrire auprès d'associations caritatives.

Face à cette situation, la région a doublé le montant de son financement en 2009 en le portant à 20000€. Nous avons également contribué à hauteur de 50% (16800 euros) à l'acquisition d'un nouveau camion frigorifique, équipement très important pour respecter la chaine du froid. La presse était là.

J'ai profité de cette occasion pour évoquer devant les bénévoles et la presse une des conséquences méconnue de la réforme à venir sur les collectivités locales. En effet le comité Balladur a proposé de supprimer la clause de compétence générale des collectivités locales. Il y a d'une part les compétences obligatoires transférées par l'Etat aux travers des lois de décentralisation successives: pour les régions il s'agit notamment du développement économique, des lycées, de la formation professionnelle ou encore de l'aménagement du territoire. Mais il restait une clause de compétence générale qui permettait aux collectivités territoriales de mettre en oeuvre une politique volontariste dans n'importe quel domaine. C'est ainsi que la région PACA a pu développer une politique de solidarité appréciée par tous, et financer par exemple la banque alimentaire des Alpes-Maritimes. Si cette réforme est adoptée, les associations qui oeuvrent dans le domaine de la solidarité ne pourront plus se tourner vers la région. Je vous laisse deviner les conséquences dans notre département.

La banque alimentaire des Alpes-Maritimes est par ailleurs à la recherche de nouveaux locaux plus adaptés à l'immensité de leur tâche. Si vous avez des idées, n'hésitez par à prendes contact avec eux, ils sont implantés dans la zone industrielle de St Laurent du Var, Allée des peintres Secteur A1.