Les chiffres de la délinquance viennent de tomber.

La hausse est très importante. le nombre d'actes de violence contre les personnes a encore augmenté de façon significative selon l'Observatoire National Contre la Délinquance par rapport aux mêmes périodes de l'année précédente : + 4,34%.

Plus préoccupant, les vols avec violence sont passé sur la période annuelle de 106 032 à 111 149, soit une hausse de 4,83%. enfin, les violences "gratuites" sont passées de 226 898 à 239 890, soit une hausse de 5,41%

Pour masquer ces chiffres très mauvais, le gouvernement communique sur la baisse des atteintes aux biens. Mais qu'y a t'il de plus important, les biens ou les personnes ? Ce gouvernement est en train d'échouer sur l'insécurité mais continue de communiquer comme s'il arrivait aux affaires et devait prendre ce problème à bras le corps. Et ça marche !

Combien de temps les français vont ils "gober" cette supercherie? Ces chiffres, c'est leur bilan. Le bilan d'une action de lutte contre l'insécurité de Sarkozy, Estrosi, Hortefeux &...depuis 2002, soit 7 ans ! Leur méthode échoue. Le durcissment des peines, présenté comme la solution, ne change rien fondamentalement à la donne.  Les prisons sont surpeuplées. Que va t'on faire maintenant ? Encore durcir ? Pour satisfaire un électorat qui a peur et qui est de plus en plus exaspéré par les petites incivilités.

Mais une société ne peut se construire sur du tout repressif. Cela ne fait pas un projet d'avenir durable. J'entends les gens parler de la police. Son image s'altère. elle est mauvaise auprès des jeunes, ce n'est pas nouveau. Les quelques voitures qui flambent après chaque bavure..tout cela se banalise. Les bavures et les incidents qui suivent. une sorte de fatalisme ambiant enveloppe le rapport police-jeunes des cités. Mais le rapport à l'opinion de la police tient à cause de cela...les voitures qui flambent en pleine nuit, cela fait peur.

Mais si l'on écoute ce que disent les gens à froid, c'est délirant. Ils considèrent de plus en plus que les policiers deviennent des "racketteurs" chargé par le biais de la répression routière de remplir les caisses vides de l'Etat. Les contrôles de vitesse, les points pour la ceinture, pour le téléphone portable, etc...les gens se sentent oppressés au volant. L'autre jour je me suis surpris à défendre la police dans une conversation de ce type dans un bar connu de la ville où j'étais interpellé par des clients sur le thème moqueur habituel depuis cet été "alors votre chauffeur on lui a rendu son permis?" (allusion à ce fameux excès de vitesse).

Les types avec qui je discutais, lucides, pas excités pour deux sous,  en étaient tous à leur troisième pastis. Je leur ai dit que cette politique produisait des résultats. En fait c'est la seule qui produit des résultats. C'est à  nous de leur donner le minimum d'occasions de verbaliser. Et je me suis mis à leur expliquer que s'ils prenaient le volant à cet instant, un contrôle d'alcoolémie les conduirait direct en cellule de dégrisement avec retrait du permis et peut être une garde à vue à la clef. Tollé général ! Les gens ne supportent pas d'être considérés comme des délinquants pour des infractions routières, même les plus graves (l'alcoolémie en l'occurrence).

Il y a beaucoup d'efforts de communication à faire mais globalement la France profonde demande à sa police de mieux la protèger plutôt que de plus la verbaliser.